Qu’ont en commun la plupart des marques de câble ? Plusieurs aspects, dont la configuration à âme solide ou multibrin, la nature et le choix des matériaux et des métaux tant des fils conducteurs que des connecteurs, le calibre et le diamètre des fils conducteurs, les isolants et l’enjeu diélectrique inhérent à la conductivité, les gaines, la capacitance, l’inductance, la résistance, les longueurs des câbles, la vitesse de propagation du signal, et l’obligation à ce qu’ils ne transforment ni ne modifient la sonorité propre aux appareils qu’ils desservent. Toute une commande, me direz-vous, au cahier de charge pour le moins élevé. Des ingrédients avec lesquels le manufacturier constituera en quelque sorte une recette à la base du succès propre à chaque marque et modèle de câble, qu’il s’agisse de câblage d’alimentation électrique ou de liaison tant analogique que numérique. Même si le sans-fil persiste, force est de reconnaître que tout système audio et/ou vidéo de qualité se trouve tributaire d’un câblage qui se doit de l’être tout autant.

(la suite dans le magazine)