Élément final d’un système d’audio, l’enceinte acoustique accomplit un tour de force en transformant l’énergie électrique en énergie audible tout en inversant le travail du microphone ayant capté le signal d’origine. Cet exploit devient un véritable tour de magie lorsque l’enceinte réussit à nous faire oublier que l’on écoute un enregistrement. Comme tous les chemins mènent à Rome, les concepteurs d’enceintes acoustiques disposent de plusieurs moyens pour subvertir notre conscience et nous transporter dans la musique. Certains privilégient, comme chez Quad avec ses panneaux électrostatiques, une restitution des fréquences moyennes qui peut être confondante avec la réalité. D’autres, comme Amphion, avec ses guides d’ondes, convainquent en créant une bulle sonore qui semble flotter devant les enceintes, éliminant pour ainsi dire l’effet de la salle d’écoute. Mais, sans doute, un des effets les plus captivants se produit lorsqu’une petite enceinte acoustique crée une image sonore démesurée par rapport à sa taille. C’est l’approche que Totem a popularisée avec sa toute première enceinte, le Model 1, introduit en 1989. Son imagerie et ses basses rythmiques hautement définies rivalisaient avec des enceintes valant plusieurs fois son prix. À ce titre, le Model 1 a grandement contribué à la réputation mondiale de la marque. Totem a mis à jour le Model 1 deux fois au cours de ses 27 ans d’existence. En 1997, la compagnie remplace les borniers simples par des connecteurs doubles WBT et révise le filtre passif. En 2002, l’enceinte se voit dotée de filage interne en argent et de capacitances en polypropylènes. Suite aux révisions, le nom Model 1 Signature a été attribué à l’enceinte.

(la suite dans le magazine)