Tout lot d’habitat possède une mise à la terre principale, et ce, selon les règles du code d’électricité du bâtiment. La mise à terre consiste à relier une prise de terre, par un fil conducteur, à toutes les masses métalliques des appareils électriques d’un bâtiment. Pour ce qui est de l’audio, les appareils d’un système y sont reliés via leur câble d’alimentation électrique spécifique dont les fiches qui sont munies de trois lamelles dont l’une, de mise à la terre. Jusque là, tout est bien et sécuritaire. Là où cela tend à se gâter, c’est lorsque plusieurs équipements électriques, autres que les composantes audio, partagent dans notre environnement le ou les mêmes circuits. Pensons aux appareils d’éclairage dont les ampoules à diodes DEL (Diode Electro-Luminescente), les halogènes équipés de gradateurs, les ordinateurs/portables et leur unité d’alimentation à découpage, les téléviseurs, les enregistreurs terminaux HD, les téléphones mobiles, les tablettes, les chargeurs, les routeurs et modems, des unités aux multiples signaux haute fréquence de quelques minivolts. Des sources indésirables d’ondes et de sursauts excessivement rapides d’interférences ondoient en contribuant à polluer, à voiler et à amoindrir l’ultime potentiel des composantes d’une chaîne audio, d’autant plus si la ligne électrique vouée au système ne lui est pas exclusivement dédiée.

(la suite dans le magazine)