Les projecteurs se sont éteints, les rideaux se sont fermés sur les ultimes représentations et les rappels interminables. On a peine à y croire, mais ça fait déjà un peu plus de deux mois que le Festival international de Jazz de Montréal, reconnu comme le plus important de la planète, a battu son plein dans des conditions idéales, tant pour la température que pour la qualité de l’organisation. Près de 2 000 000 de personnes ont franchi les portes du Quartier des Spectacles.

En résumé, ce n’est pas un euphémisme de qualifier cette 37e édition de « magnifique ». Les moments forts qui ont contribué à son succès sont multiples, car les catégories dans lesquelles se produisent les artistes sont chaque année diversifiées. Le festivalier moyen peut se permettre quatre à cinq billets en salles s’il ne veut pas grever son budget, ceci en plus des scènes extérieures qui produisent de très bons groupes bien que, pour plusieurs, leur nom soit trop peu connu pour justifier des prestations payantes.

(la suite dans le magazine)